Accueil > Pay Your Trip : U.S.A. > PYT#1 : U.S.A. en version spotify

PYT#1 : U.S.A. en version spotify

samedi 29 décembre 2018, par indie

Le début des festivités est annoncé. Come on, la playlist spotify Pay Your Trip #1 : U.S.A. est sortie,

Et après ? Ceci n’est bien évidemment que le premier étage de la fusée. Déjà ci-dessous vous allez retrouver quelques explications autour de mon rêve américain. Ajoutez un grand bol d’addiction aux musiques actuelles, quelques envies de DVD à offrir aux proches, amis et autres camarades de jeu ... je vous confirme, cela part un peu dans tous les sens. Mais l’essentiel est là, on se prépare pour le décollage vers les U.S.A., du côté merveilleux de la musique.

Je passerai donc outre les morceaux qui vous attendent sur la partie vidéo pour m’attarder sur les innombrables repêchés qui ont passés haut la main le blind test made in Picardie.

Les Pixies en tête d’affiche, ça le fait. Meilleur groupe de rock du monde, personne n’oserait me contredire ? J’espère moi aussi Surfer avec Rosa et manger du Caribou ... parce que pour ceux qui ne le saurait pas encore, je met les voiles aux beaux jours, direction la Californie. Pas longtemps, hélas, mais avec un peu de chance, je croiserai peut-être les Warpaint. Love is to die.
Après l’autre surkif que j’espère croiser à L.A. ou à Vegas, même si c’est de façon superficiel, c’est l’Amérique en version Hip Hop avec des personnages comme Prof ou Eminem. Écouter donc The Season extrait de King Gampo . Y’a du génie, ça n’agresse pas et pourtant dieu sait qu’on aime la baston, ça groove comme il faut pour un blanc-bec. Oui je veux bien croiser Snoop Dog et ses potes, histoire de pouvoir faire quelques panoramiques du pays.

D’autres découvertes pourrait vous retourner au détour d’une lecture aléatoire de cette playlist. Le Got To me de Vic Chesnutt m’a glacé le sang. Je jurerai entendre David Bowie en version slowcore. J’adore. Le Untitled #1 de Spain aussi. Un classique qu’on entendrait facilement dans une de ces fameuses émissions de Georges Lang.

Quelques petites folies, Celebration en mode psyché déglingué, quelques vagues pop, The Shins, Band Of Horses et surtout les patronnes à savoir Kim Deal et The Breeders à ma gauche, Kristin Hersh et Throwing Muses à ma droite. Tout d’abord, Pod , premier album de The Breeders, c’est grosso modo mes 18 ans, des milliers de souvenirs et de plaisirs et un petit brûlot musical, épuré, minimaliste juste comme il faut. Et il en est de même pour le travail quotidien de Kristin Hersh, toujours dans la justesse, la pureté, la beauté des guitares.

Et comme si tout ça ne suffisait pas, j’ai décidé de me lâcher, de balancer toute la sauce américaine dans les frites. Du R.E.M. en pagaille, du B52’s pour les vieux, du Papas Fritas, des génies bien trop vite partis comme Elliott Smith ou Jeff Buckley, des trucs trop classes comme Fiona Apple, James Brown, The Innocence Mission.

Bref, profitez bien de tout ça, la suite arrive dès que possible.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.